http://www.badosa.com
Published at Badosa.com
Cover Library Short Stories Terre des mots

Superstitions rémunératrices

Fernando Sorrentino
Smaller text sizeDefault text sizeBigger text size Add to my bookshelf epub mobi Permalink MapBelgrano, Buenos Aires

Personnellement, je vis des superstitions des autres. Je ne gagne pas beaucoup et le travail est assez dur.

Mon premier emploi, ce fut dans une usine d’eau de Seltz. Le patron croyait, allez donc savoir pourquoi, qu’une parmi ses milliers (oui, mais laquelle?) de bouteilles d’eau de seltz hébergeait une bombe atomique. Il croyait aussi qu’une présence humaine suffisait à empêcher que cette terrible énergie se libère. Nous étions plusieurs employés, un pour chaque camion. Mon travail consistait à rester assis sur l’irrégulière surface des bouteilles d’eau de seltz pendant les six heures quotidiennes que durait la distribution de ces boissons gazeuses. Un travail pénible: le camion cahotait; le siège était inconfortable, douloureux; le trajet, ennuyeux; les conducteurs de camion, des personnes vulgaires; une bouteille d’eau de seltz (pas celle qui contenait la bombe) éclatait de temps à autre et je recevais de légères blessures. À la fin, fatigué, je renonçai. Et le patron se dépêcha de me remplacer par un autre homme qui, par sa seule présence, allait empêcher l’explosion de la bombe atomique.

Immédiatement j’appris qu’une vieille fille célibataire de Belgrano avait un élevage de tortues et elle croyait, allez savoir pourquoi, que l’une d’entre elles (oui, mais laquelle?) était le diable sous la forme d’une tortue. Comme la demoiselle, qui s’habillait de noir et récitait le rosaire, ne pouvait pas les surveiller en permanence, elle m’engagea pour que je m’en charge pendant la nuit. «Comme tout un chacun le sait», m’expliqua-t-elle, «une de ces deux tortues est le diable. Quand vous verrez qu’il pousse deux ailes de dragon à l’une d’entre elles, avertissez-moi immédiatement, parce que celle-là, sans aucun doute, ce sera le diable. Alors, nous allumerons un bûcher et nous la brûlerons vive pour en finir ainsi avec le mal sur toute la surface de la terre.» Les premières nuits je me tins éveillé, surveillant les tortues: en voilà des animaux sots et sans grâce. Par la suite mon zèle me sembla injustifié et, dès que la vieille fille se couchait, j’enveloppais mes jambes dans une couverture et, recroquevillé sur une chaise du jardin, je dormais toute la nuit. Et c’est ainsi que je n’ai jamais pu savoir laquelle des deux tortues était le diable. Alors je dis à la demoiselle que je préférais abandonner ce travail, car il était très malsain pour moi de passer toutes mes nuits éveillé.

Parce que, en plus, je venais d’apprendre qu’à San Isidro il y avait une grande maison vétuste perchée sur un haut escarpement, et, dans la grande maison, une statuette qui représentait une douce jeune fille française de la fin du XIXe siècle. Les propriétaires — un couple de vieillards chenus — croyaient, allez savoir pourquoi, que cette jeune-fille était malade d’amour et de tristesse, et que, si on ne lui trouvait pas un fiancé, elle mourrait à brève échéance. Mon salaire fut fixé et je devins le fiancé de la statuette. Je commençai à lui rendre des visites. Les deux vieillards nous laissent seuls, bien que je les soupçonne de nous surveiller en secret. La jeune-fille me reçoit dans la salle mélancolique, nous nous asseyons dans un canapé élimé, je lui apporte des fleurs, des bonbons ou des livres, je lui écris des poésies ou des lettres, elle joue du piano d’un air alangui, m’adresse de doux regards, je l’appelle mon amour, je l’embrasse furtivement, parfois je vais plus loin que ce que permettent la pudeur et l’innocence d’une jeune-fille de la fin du XIXe siècle. Gisèle m’aime aussi, elle baisse les yeux, soupire doucement, me dit: «Quand nous marierons-nous?» Je lui réponds: «Bientôt. Je suis en train de faire des économies.» Oui, mais la date est sans arrêt repoussée, en effet, je ne peux faire que très peu d’économies en vue de notre mariage: comme je l’ai déjà dit, on ne gagne pas grand-chose quand on vit des superstitions des autres.

Translation: Michel Casana
Table of related information
Copyright ©Fernando Sorrentino, 1982
By the same author RSS
Date of publicationJune 2005
Collection RSSTerre des mots
Permalinkhttp://badosa.com/n237-fr
Readers' Opinions RSS
Your opinion
How to add an image to this work

Besides sending your opinion about this work, you can add a photo (or more than one) to this page in three simple steps:

  1. Find a photo related with this text at Flickr and, there, add the following tag: (machine tag)

    To tag photos you must be a member of Flickr (don’t worry, the basic service is free).

    Choose photos taken by yourself or from The Commons. You may need special privileges to tag photos if they are not your own. If the photo wasn’t taken by you and it is not from The Commons, please ask permission to the author or check that the license authorizes this use.

  2. Once tagged, check that the new tag is publicly available (it may take some minutes) clicking the following link till your photo is shown: show photos ...

  3. Once your photo is shown, you can add it to this page:

Even though Badosa.com does not display the identity of the person who added a photo, this action is not anonymous (tags are linked to the user who added them at Flickr). Badosa.com reserves the right to remove inappropriate photos. If you find a photo that does not really illustrate the work or whose license does not allow its use, let us know.

If you added a photo (for example, testing this service) that is not really related with this work, you can remove it deleting the machine tag at Flickr (step 1). Verify that the removal is already public (step 2) and then press the button at step 3 to update this page.

Badosa.com shows 10 photos per work maximum.

Badosa.com Idea, design & development: Xavier Badosa (1995–2013)